Collège de sociocritique de Montréal

 

Colloque «Imaginaire social et discours économique.

“Oh ! argent que j’ai tant méprisé, tu as pourtant ton mérite…”» (Chateaubriand)


Université McGill
17 et 18 octobre 2002


Actes

Segura, Mauricio, Janusz Przychodzen, Pascal Brissette, Paul Choinière et Geneviève Lafrance (édit.), Imaginaire social et discours économique, Montréal, Université de Montréal, Département d’études françaises, coll. «Paragraphes», 21, 2003, 146 p.

Table des matières
 


Appel de communications

Les rapports entre littérature et économie sont depuis longtemps semés d’embûches, de malentendus, de jugements hâtifs, de rendez-vous manqués. Tandis qu’il rédige l’Argent, Zola n’avance-t-il pas dans une lettre à un ami journaliste : «Rien, selon moi, n’est plus réfractaire à l’art que les questions d’argent…» ?  Pourtant, les manières dont l’économique s’inscrit dans les textes gagneraient à être examinées en tenant compte de la spécificité de son discours (lexique, axiomatique et axiologie récurrentes, visions du monde) ? surtout aujourd’hui, alors que le discours économique investit à peu près toutes les sphères de la connaissance.

L’objectif de ce colloque est moins de sonder les théories économiques et leurs variations à travers le temps que d’examiner les représentations que suscite le fait économique. Les conférenciers seront invités à se pencher sur une notion clé (argent, intérêt, concurrence, capital, spéculation, compétitivité, libre-échange, mondialisation, etc.) rendue problématique par la configuration d’un roman ou d’un pamphlet; à repérer les autres discours à l’aide desquels le texte produit une satire ou une apologie du monde économique; à examiner, dans les textes qui les font «travailler», les agents archétypaux (le banquier, le bourgeois, l’homme d’affaires, le courtier, etc.) et les symboles du monde économique (la bourse, la banque, le commerce, etc.). Que deviennent les théories et doctrines des Montesquieu, Smith, Ricardo, Constant, Marx, Walras, Schumpeter, Keynes et al. lorsque romanciers, poètes et autres doxographes s’en emparent ? Quelles stratégies de persuasion se mettent en place dans la littérature d’idées ? Selon quels axes s’articulent les critiques du libéralisme, du capitalisme, voire de l’économisme ? Qu’en est-il de la défense du libéralisme ? Il faudra également étudier les inévitables mises en rapport entre démocratie et discours économique classique. On l’aura compris, ce colloque est ouvert à toute recherche portant sur la chose économique empruntant le point de vue de la sociocritique ou de l’analyse du discours.

Nous invitons donc les chercheurs des différentes disciplines des sciences humaines à nous faire parvenir, avant le 1er juillet 2002, une proposition de communication à l’adresse suivante :

Collège de sociocritique de Montréal
Département de langue et littérature françaises
Université McGill
Bureau 214
3460, rue  McTavish
Montréal (Québec)
Canada  H3A 1X9

Les communications seront inédites et rédigées en français ou en anglais. Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez nous contacter par courriel :

Mauricio Segura : msegur_5@hotmail.com
Janusz Przychodzen : janusz77@yahoo.com
Pascal Brissette : pascal.brissette@mail.mcgill.ca


Programme


Retour à la page d'accueil du Collège de sociocritique de Montréal

Retour à la page d'accueil de Benoît Melançon


Licence Creative Commons
Le site de Benoît Melançon est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale 4.0 international.