FRA 1003, Histoire de la littérature, 2001-2002

Benoît Melançon, Département d'études françaises, Université de Montréal


Séance du 23 octobre 2001


La Renaissance


Plan

Introduction

1. L’invention de la Renaissance

2. Rupture et retour

Rupture
Retour
3. Le rôle de l’imprimerie
Gutenberg a-t-il inventé l’imprimerie ?
Son apport ?
Série d’effets
4. Géographies de la Renaissance
L’Ancien Monde
Le Nouveau Monde
5. Commentaire du texte de Rabelais

Conclusion

Littérature…
…française…
de la Renaissance

Peut-on faire l'histoire de la lecture ?


Introduction — une question nouvelle

1. La phénoménologie de la lecture

2. La sociologie des lecteurs

3. La représentation de la lecture en littérature

4. La lecture et les autres arts

5. Les types de lecture

1. La lecture intensive
2. La lecture extensive
3. La lecture intimiste ou effusive
6. La matérialité de la lecture
1. Où lit-on ?
2. Que lit-on ?
3. Qui lit ?
7. Les études de réception
1. Au sens traditionnel
2. L’esthétique de la réception
3. L’apport de l’informatique
Conclusion


Lanson et la lecture

Lanson, Gustave, «La méthode de l’histoire littéraire» (1910), dans Essais de méthode, de critique et d’histoire littéraire, édités par Henri Peyre, Paris, Hachette, 1965, 479 p., p. 31-56.

«Les chefs-d’œuvre sont donc bien l’axe de notre étude, ou, si l’on veut, ils marquent pour nous autant de centres d’études. Mais n’entendons pas ce mot de chef-d’œuvre dans un sens actuel ou subjectif. Ce n’est pas seulement ce qui est chef-d’œuvre pour nous, pour nos contemporains, qu’il faut étudier : c’est tout ce qui fut chef-d’œuvre à un moment donné, toutes les œuvres où un public français a reconnu son idéal de beauté, de bonté ou d’énergie. Pourquoi y en a-t-il qui ont perdu leur propriété active ? Sont-ce des étoiles éteintes ? ou avons-nous aujourd’hui des yeux qui ne sont plus sensibles à certains rayons ? Notre affaire est de comprendre même ces œuvres mortes […]» (p. 34-35).

«Quel a été le succès, et quelle a été l’influence de l’œuvre ? L’influence ne coïncide pas toujours avec le succès. La détermination de l’influence littéraire n’est qu’une étude de sources renversée : on l’obtient par les mêmes méthodes. Celle de l’influence sociale est plus importante encore, et plus difficile aussi à constater. La bibliographie des éditions et réimpressions fait apparaître la circulation du livre : on la saisit au point de départ, chez le libraire. Les catalogues des bibliothèques privées, les inventaires après décès, les catalogues de cabinets de lecture, nous la montrent aux points d’arrivée : on voit quelles personnes, au moins quelles classes et quelles régions le livre a touchées dans sa diffusion. Enfin les comptes rendus de la presse, les correspondances particulières, les journaux intimes, parfois des annotations de lecteurs, parfois des débats législatifs, des polémiques de presse, ou des affaires judiciaires, apportent des renseignements sur la manière dont le livre a été lu, et sur les dépôts qu’il a laissés dans les esprits» (p. 45).


Sources

Chartier, Roger, «Loisir et sociabilité : lire à haute voix dans l’Europe moderne», Littératures classiques, 12, janvier 1990, p. 127-147.

Darnton, Robert, «How to Read a Book», The New York Review of Books, 6 juin 1996, p. 52-57.

Engelsing, Rolf, Der Bürger als Leser : Lesergeschichte in Deutschland 1500-1800, Stuttgart, 1974.

Goulemot, Jean M., «Histoire littéraire et histoire de la lecture», dans Roger Chartier (édit.), Histoires de la lecture. Un bilan des recherches, Paris, IMEC éditions et Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. «In Octavo», 1995, p. 221-226.

Goulemot, Jean M. et Didier Masseau, «Lettres au grand homme ou Quand les lecteurs écrivent», dans Mireille Bossis (édit.), la Lettre à la croisée de l’individuel et du social, Paris, Kimé, coll. «Détours littéraires», 1994, p. 39-47.

Jauss, Hans Robert, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque des idées», 1978, 305 p. Traduit de l’allemand par Claude Maillard. Préface de Jean Starobinski.

Manguel, Alberto, Une histoire de la lecture, Arles et Montréal, Actes Sud et Leméac, 1998, 428 p. Ill. Traduction de Christine Le Bœuf.

O’Donnell, James J., Avatars of the Word : From Papyrus to Cyberspace, Cambridge et Londres, Harvard University Press, 2000 (1998), xii/210 p.

Vandendorpe, Christian, Du papyrus à l’hypertexte. Essai sur les mutations du texte et de la lecture, Montréal, Boréal, 1999, 271 p. Ill.


Retour à la page d'accueil de Benoît Melançon


Licence Creative Commons
Le site de Benoît Melançon est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale 4.0 international.