FRA 1003, Histoire de la littérature, 2001-2002

Benoît Melançon, Département d'études françaises, Université de Montréal


Séance du 4 décembre 2001


Histoire de la littérature et histoire des genres


Plan




Introduction

L’histoire de l’autobiographie et du journal intime
 

Constat de départ

Formulation de la question

Premier élément de réponse
 

La validité de la datation stricte en ce domaine est limitée.


Deuxième élément de réponse
 

L’histoire de la littérature est souvent celle des grandes œuvres, et c’est peut-être un tort.


Troisième élément de réponse
 

Les œuvres mineures ont quelque chose à dire de l’histoire de la littérature.


Quatrième élément de ma réponse
 

Les genres n’existent pas seuls.


Cinquième élément de réponse
 

Les genres sont affaire de longue durée.


Sixième élément de réponse
 

Les genres dépassent les cadres nationaux.


Conclusion


Citation commentée

Lanson, Gustave, «La méthode de l’histoire littéraire» (1910), dans Essais de méthode, de critique et d’histoire littéraire, édités par Henri Peyre, Paris, Hachette, 1965, 479 p., p. 31-56.

«Dans cette […] histoire, on ne marche sûrement qu’en faisant la part très large, la plus large possible, aux œuvres inférieures et oubliées. Elles entourent les chefs-d’œuvre, elles les préparent, les ébauchent, les commentent, font la transition de l’un à l’autre, en éclairent les origines et la portée. Le génie est toujours de son siècle, mais toujours il le dépasse : les médiocres sont toujours à la température de leur milieu, au niveau de leur public. Les œuvres mortes d’une époque sont donc nécessaires pour circonscrire et définir l’originalité irréductible ou incommensurable du grand écrivain, pour définir l’esthétique moyenne d’un école, la technique usuelle d’un genre, la destination régulière et les usages communs d’une certaine catégorie de littérature» (p. 45-46).


Sources

Condé, Michel, la Genèse sociale de l’individualisme romantique. Esquisse historique de l’évolution du roman en France du dix-huitième au dix-neuvième siècle, Tübingen, Niemeyer, coll. «Mimesis», 7, 1989, 151 p.

Delany, Paul, British Autobiography in the Seventeenth Century, Londres et New York, Routledge & Kegan Paul et Columbia University Press, 1969, vi/198 p.

À mettre en relation avec Mascuch, Michael, «The Origins of the Individualist Self», The Center & Clark Newsletter, 25, printemps 1995, p. 5-6.
Melançon, Benoît, «Letters, Diary, and Autobiography in Eighteenth-Century France», dans Patrick Coleman, Jayne Lewis et Jill Kowalik (édit.), Representations of the Self from the Renaissance to Romanticism, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 151-170.

Pachet, Pierre, les Baromètres de l’âme. Naissance du journal intime, Paris, Hatier, coll. «Brèves Littérature», 1990, liv/140 p. Ill.

Pachet, Pierre, «Vers une sténographie de l’intime. Entre Fénelon et Constant : Karl Philipp Moritz», Littérales, 17, 1995, p. 41-56. Revue publiée par l’Université Paris X-Nanterre.

Wunderlich, Mary, «Un premier pas fort singulier vers le journal intime : “Mes Inscripcions” (1780-1787) de Restif de La Bretonne», Studi Francesi, 38 : 3, 113, mai-août 1994, p. 227-240.


Recommandation de lecture

Biron, Michel et Pierre Popovic, Un livre dont vous êtes l’intellectuel, Montréal, Fides, 1998, 185 p.


Retour à la page d'accueil de Benoît Melançon


Licence Creative Commons
Le site de Benoît Melançon est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale 4.0 international.