Site de Benoît Melançon / Thèses canadiennes en littérature française du XVIIIe siècle


Castonguay-Bélanger, Joël, «Les écarts de l’imagination. Pratiques et représentations de la science dans le roman au tournant des Lumières (1775-1810)», Montréal et Paris, Université de Montréal et Université de Paris IV-Sorbonne, thèse de doctorat en cotutelle, octobre 2007, 2 vol., xiii/508 p. Ill. Dir. : Benoît Melançon (Université de Montréal) et Michel Delon (Université de Paris IV-Sorbonne).


Quel espace le roman français du tournant des Lumières ménage-t-il à la science et à la technologie ? S’il paraît difficile pour l’histoire de la littérature d’aborder les années qui marquent le passage du XVIIIe au XIXe siècle sans tenir compte des bouleversements majeurs engendrés par la Révolution française, il est surprenant de constater qu’elle s’est jusqu’ici peu aventurée à considérer l’impact sur l’imaginaire de cette autre révolution opérée presque simultanément par la science et les savants de l’époque. En cette période caractérisée par de profondes transformations au sein des pratiques et des institutions savantes, il est pourtant légitime d’interroger l’attitude de ceux qui, aux premières loges, contribuèrent, aux côtés des chroniqueurs, rédacteurs de gazette et historiens, à donner une résonance littéraire à cette effervescence : les romanciers. Cette thèse se situe au carrefour de l’histoire des sciences, de l’histoire des pratiques sociales et culturelles et de l’analyse des représentations. Son objectif est d’étudier le traitement particulier que subissent, sous la plume des romanciers, des questions présentes, concurremment ou non, dans les débats scientifiques (l’inoculation, la galvanisation, la reproduction), pseudo-scientifiques (le mesmérisme, l’alchimie) ou technologiques (l’aérostatique, la pile électrique, les machines de toutes sortes) et de chercher à en comprendre, sinon la finalité fictionnelle (vulgarisation, mystification, profession de foi dans le progrès, méfiance, etc.), du moins les modalités de représentation (effet de réel/d’irréel, figuration utopique/cauchemardesque).

Mots clés : XVIIIe siècle • XIXe siècle • Roman • Histoire des sciences • Histoire culturelle

Prix de la meilleure thèse de la Faculté des études supérieures et postdoctorales de l’Université de Montréal pour l’année 2008 dans la catégorie Sciences humaines, arts et lettres

Prix de la meilleure thèse en cotutelle France-Québec décerné par le ministère des Relations internationales du Québec et par le Consulat général de France à Québec (2008)

Entendre une entrevue de Joël Castonguay-Bélanger


Publication

Couverture de Joel Castonguay-Belanger (2008)
Castonguay-Bélanger, Joël, Les écarts de l’imagination. Pratiques et représentations de la science dans le roman au tournant des Lumières, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2008, 365 p. Ill. ISBN : 978-2-7606-2117-6. (34,95 $ / 31 euros)


Retour à la liste des thèses canadiennes en littérature française du XVIIIe siècle

Retour à la page d’accueil de Benoît Melançon


Licence Creative Commons
Le site de Benoît Melançon est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale 4.0 international.