Site de Benoît Melançon / Thèses canadiennes en littérature française du XVIIIe siècle


Paquet, Julie, «Le libertinage solaire de Nerciat», Ottawa, Université d’Ottawa, 2013, iii/513 p. Dir. : Danielle Forget. URL : <http://hdl.handle.net/10393/24255>.


Nul doute qu’Andréa de Nerciat promeut un joyeux libertinage. Cette qualité, constamment mise de l’avant, atteste de l’exemplarité de son œuvre dans la tradition du libertinage solaire. Aussi notre thèse veut-elle montrer comment l’écriture de Nerciat propose la vision d’une sexualité solaire. L’étude systématique et détaillée des neuf œuvres suivantes tentera de cerner la rhétorique hédoniste de ce joyeux libertinage : Félicia ou mes fredaines (1775), Contes nouveaux (1777), La matinée libertine (1787), Le doctorat impromptu (1788), Monrose ou le libertin par fatalité (1792), Mon Noviciat ou les joies de Lolotte (1792), Les Aphrodites, fragments thali-priapiques pour servir à l’histoire du plaisir (1793) et Les contes polissons (saugrenus) (1799). La rhétorique pragmatique, instrument d’analyse contemporain, constitue le cœur de notre approche théorique puisqu’elle sert à montrer comment l’érographie de Nerciat fait naître, encore à notre époque, le désir et la jouissance grâce à des procédés de renouvellement du plaisir intégrés dans sa rhétorique hédoniste. Elle permet donc de mettre en lumière la façon dont Nerciat manie, avec efficacité et souvent avec originalité, les procédés littéraires et langagiers. De même, elle met en valeur les enjeux du récit érographique, qui tend à être performant, autant du point de vue de la narration, de l’intrigue et de la mise en scène. La rhétorique solaire de Nerciat est également promue par les personnages de son œuvre qui sont, en grande majorité, des êtres désirants et consentants. De différentes classes sociales, ils participent de manière conviviale aux aventures érotiques. De plus, Nerciat réserve un rôle original aux personnages féminins qui, en plus d’être majoritaires dans son œuvre, incarnent des héroïnes volontaires et maîtresses de leurs plaisirs sexuels. La rhétorique pragmatique participe également à l’érotisation de l’atmosphère qui entoure les personnages dans le but d’intensifier le désir et ainsi de créer des ambiances et des espaces variés favorables à l’épanouissement d’une sexualité que Nerciat veut solaire.


Retour à la liste des thèses canadiennes en littérature française du XVIIIe siècle

Retour au site de Benoît Melançon


Licence Creative Commons
Le site de Benoît Melançon est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’utilisation commerciale 4.0 international.